Profitez des soldes !

Metz a du répondant

Alors qu’ils étaient menés 0-2 sur leur pelouse, les hommes de Dominique Bijotat sont parvenus à revenir dans la partie. Ils obtiennent finalement le match nul (2-2) mais auraient pu espérer une fin de match plus clémente au vu de leur seconde période pleine d’occasions.
Partager cet article :

Le match avait sacrément mal commencé pour les Grenats mais ils ont montré ce soir qu’ils avaient du répondant, et pas qu’un peu ! Le pire des scénarios était en train de se jouer sur la pelouse du stade Saint-Symphorien, et celui-ci était cauchemardesque (0-2, 27°). Mais, c’était sans compter sur des Messins avides de points et de buts. Ils retournèrent complètement la situation du match en inscrivant un premier but (2-1, 33°), puis un deuxième dès la reprise, (2-2, 48°). Les Lorrains se montraient ensuite sous un bien meilleur jour en seconde période, affichant un visage qu’ils n’avaient plus montré depuis quelques rencontres. Pressant leurs adversaires, se procurant de nombreuses occasions, dont plusieurs réellement dangereuses, les Messins auraient même pu s’offrir le luxe d’inscrire un troisième but synonyme de victoire face à la formation de Ligue 2 la plus performante à l’extérieur.

Parce que les Clermontois n’avaient pas tardé, auparavant, à faire déchanter les nombreux spectateurs venus ce soir à Saint-Symphorien (plus de 12 400). Romain Alessandrini n’eut en effet pas besoin d’attendre longtemps pour exposer son talent aux yeux des supporters lorrains. On ne jouait même pas depuis dix minutes que le milieu de terrain clermontois, parfaitement servi par Mana Dembele ouvrait le score (0-1, 8°). Premier coup dur pour la formation emmenée par Dominique Bijotat qui avait plutôt bien entamé son match. Pas vraiment inquiétés après leur ouverture du score, les Clermontois s’attelaient à la tâche pour conserver leur avantage comptable, et surtout le doubler. Ainsi, Dembele récidivait et offrait une balle de but à Marvin Esor. Ce dernier, pourtant dans un angle fermé, parvenait à tromper la défense messine en plaçant le cuir sous la barre transversale (0-2, 27°).

Heureusement, les Lorrains n’eurent pas le temps de s’apitoyer sur leur sort. Les Locaux obtenaient en effet un coup-franc idéalement situé à l’entrée de la surface. David Fleurival s’y collait et trompait parfaitement l’arrière-garde auvergnate (1-2, 33°). Les Messins, qui revenaient alors sérieusement dans ce match, se montrant plus offensifs et plus pressants, subissaient un nouveau coup dur à quelques minutes de la fin de la seconde période. Ils venaient à peine de retrouver leur meneur de jeu après huit semaines d’absence que celui-ci dut les abandonner sur civière, blessé semble-t-il au même mollet touché lors de la Coupe d’Afrique des Nations (42°). Ce fut alors l’occasion pour Thierry Steimetz d’entrer en jeu pour la première fois sur la pelouse du stade Saint-Symphorien, une entrée d’ailleurs plutôt réussie et sous les applaudissements des supporters.

Au retour des vestiaires, les Grenats affichaient une forme olympique qui se traduisait rapidement par une égalisation. Les Messins parvenaient à tromper Jessy Moulin une seconde fois sur coup de pied arrêté. Kévin Diaz tirait alors le corner obtenu, le ballon se réfugiait dans les pieds de Stéphane Besle qui poussait le cuir de l’intérieur du pied dans le fond des filets (2-2, 48°).

Que dire alors de la seconde période des Grenats ? Requinqués par cette égalisation, les hommes de Dominique Bijotat réalisaient une bonne seconde période. Oumar Pouye de la tête (53°), Mathieu Duhamel parfaitement servi en retrait par Steimetz (64°), David Fleurival d’une puissante frappe lointaine (68°), Kévin Diaz dévissant sa frappe (77°) puis Sadio Mané déséquilibré dans la surface (90°) : les opportunités sérieuses ne manquaient pas ! De quoi nourrir finalement quelques regrets de ne pas avoir obtenu les trois points tant attendus du côté grenat depuis le début de l’année 2012. Néanmoins, les Messins l’ont aussi échappé belle dans cette seconde période. Namli manquait de peu l’inscription d’un troisième but clermontois mais trouvait sur sa route un portier grenat vif qui dégageait le danger du pied. Le ballon repoussé dans la surface trouvait alors un adversaire qui tentait à son tour sa chance. Heureusement, Ludovic Guerriero se trouvait sur la ligne du but d’Oumar Sissoko et repoussait le danger in extremis (74°).

Finalement, le résultat final est peut-être insuffisant d’un point de vue comptable – le club à la Croix de Lorraine avance au ralenti ces dernières semainesmais Dominique Bijotat a pu vérifier la belle capacité de réaction de ses hommes. Ce n’était pas gagné d’avance, avec deux buts dans la musette en moins d’une demi-heure, qui plus est à la maison, mais les Grenats n’ont pas baissé les bras et sont revenus dans la partie. A Laval, dès mardi, il faudrait toutefois qu’ils montrent plus de régularité, et qu’ils aient la bonne idée de réitérer leur prestation de ce soir. Celle de la seconde mi-temps, s’entend.  

A lire également

27fév2021

Album photos

À l'issue de la nouvelle victoire en déplacement sur la pelouse des Girondins de Bordeaux (1-2), Fabien Centonze s'est emparé de l'appareil photo...
Lire la suite

Album photos

Crédit photo : Quentin Salinier/FCGB
Lire la suite

Le Match

Moins d'une semaine après un déplacement victorieux sur la pelouse de l'OGC Nice (1-2), le FC Metz était une nouvelle fois en voyage. À l'occasion de...
Lire la suite